Le 15 Octobre: partageons l’amour

Le 15 octobre, c’est une journée de célébration, de partage pour les par’anges et frèr’anges et soeur’anges, et les familles des bébés partis trop tôt. Cette journée sur le deuil périnatal est peu connue, rarement annoncée, et pourtant c’est utile que ce sujet ne reste pas tabou.

Cela permet aux personnes touchées par ce deuil de se sentir exister malgré la perte. Cela permet aux professionnels de santé, d’éducation d’échanger, de se former… Cela permet également à quiconque de savoir que le deuil périnatal n’est pas une exception, qu’il existe dans notre pays comme ailleurs. Cela permet d’anticiper ce possible…

Il faut partager et lutter pour que des propos tels que : « ce n’est pas grave », « moi aussi, j’ai perdu un enfant, ça ira mieux après… » ou « il n’était pas né, tu en auras d’autres » cessent de circuler.

Le deuil périnatal, ce n’est pas juste un deuil! Ce qui est déjà beaucoup. Ce n’est pas juste un décalage dans le planning, l’annulation d’un évènement. C’est un vécu, c’est des émotions ressenties, c’est la modification du corps.

Le deuil périnatal ne concerne pas uniquement un couple qui perd un bébé pour une première grossesse. Il peut concerner une deuxième, troisième, énième grossesse. Il concerne alors des parents, mais aussi des enfants qui ont vu le ventre de leur mère s’arrondir, se sont préparé à partager leurs jouets, se sont projetés dans des aventures positives. Mais, ils ont aussi vécu le doute, la fatigue, le stress et découvre la tristesse des parents et l’absence du petit frère ou petite sœur tant attendu.

Il y a des associations qui en parlent, qui s’informent et nous informent. Partageons l’information.

Je vous propose ici le témoignage d’une soeur’ange: https://lamarieeencolere.com/2019/03/deuil-perinatal-frere-soeur/

La suppression de l’instruction à domicile et la place de l’enfant

Suite au discours de Mr Macron , en date du 2 Octobre 2020, intitulé « La république en actes », émergent des réactions et des questionnements sur l’instruction en famille, également appelé école à la maison. En effet, lors de ce discours qui exprime des moyens de lutte contre certains extrémistes islamistes, l’école a été abordée. Je vous propose de retrouver le discours en cliquant sur le lien ci-dessous:

https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/religion-laicite/direct-separatismes-emmanuel-macron-attendu-pour-devoiler-son-plan-d-action-aux-mureaux_4126003.html

La partie concernant l’école, se situe à partir de la 31ème minute:

Voici la manière dont il définit l’école. « L’école, c’est le creuset républicain, c’est ce qui fait qu’on protège nos enfants, de manière complète, par rapport à tout signe religieux, à la religion, c’est vraiment le cœur de l’espace de la laïcité et c’est ce lieu où nous forgeons les consciences pour que les enfants deviennent des citoyens libres, rationnels pour en choisir leurs vies. « Mr Macron.

Ce qui est surprenant, c’est de constater que pour lutter contre certains extrémismes religieux, il a mentionné la volonté de supprimer totalement la liberté d’instruire à domicile.

Autant, le discours se voulait ne pas généraliser les extrémistes religieux et les musulmans. Pourtant, en interdisant l’instruction en famille, à toutes les familles pratiquant l’I.E.F, sans prendre en compte leur religion, ou leur absence de religion, c’est une réelle généralisation qui pourraient impacter un certain nombre de personnes n’étant n extrémistes, ni musulmanes. Il pourrait être intéressant de faire remonter une identification des profils des familles, afin de pouvoir faire émerger des volontés bien éloignées des causes religieuses, et révéler tous les bénéfices, ainsi que les moyens mis en œuvre par de nombreuses familles pour un développement harmonieux de leurs enfants. Cette décision, ce moyen d’action répond-il vraiment au projet?

Mr Macron souhaite rendre l’école obligatoire pour tous les enfants (sauf nécessité médicale), dès l’âge de trois ans. Que penser de cette scolarisation massive précoce?

Tout ceci pose question…

  • Qui devrait décider et encadrer pour les enfants: les parents, les parents, des professionnels…?
  • Qui devraient choisir les valeurs à transmettre et le contenu pédagogique?
  • Quelle est la place de l’enfant pour les familles et pour la société?
  • Quels moyens offrons-nous aux enfants, pour les prendre en charge?
  • Que souhaite-on pour eux?
  • Doit-on former des enfants pour l’avenir?
  • Doit-on accepter les enfants et leur offrir ce dont ils ont besoin aujourd’hui?
  • Doit-on formater les enfants?

Dans l’idée où tous les enfants concernés par l’I.E.F ( sauf nécessité médicale) rejoindraient les rangs de l’école:

  • L’éducation nationale disposera-t-elle des moyens nécessaires ( financiers, temporels)?
  • Pourront-ils prévoir plus de sorties pédagogiques?
  • Pourrons-ils anticiper plus d’interventions de professionnels pour présenter la vie ?
  • Les enseignants pourront-ils enfin appliquer une différenciation pédagogique?
  • Le calendrier scolaire va-t-il être modifié pour ne plus privilégier la religion catholique en dépit des autres alors que le projet est de transmettre des valeurs laïques?
  • Quelle place sera attribuée aux parents, dans les échanges avec les équipes éducatives?

Pour les parents pratiquant l’I.E.F, il nous reste encore du temps et des moyens pour agir. Je vous invite notamment à nous rejoindre au Congrès Innovation Éducation à Paris ce mois-ci. Une autre alternative à l’enseignement public, qui se veut républicain, reste les écoles hors-contrat qui devraient rester ouvertes, pour préserver la liberté d’enseignement. Le frein pour les parents restent régulièrement le coût de celles-ci. Il pourraient être intéressant d’envisager des participations des parents sous forme de bénévolat ou de dons de matériels à défaut d’avoir les finances suffisantes.

« Je voudrais appeler Tintin le journaliste pour qu’il mette un panneau STOP devant les écoles pour que les enfants ne restent pas dans les classes à pleurer, mais qu’ils puissent être heureux avec leurs parents.  » Parole d’un enfant de 4 ans, ayant été scolarisé 3 mois à l’âge de 3 ans.

J’invite tous les parents qui se sentent concernés à s’exprimer, à réfléchir, à échanger. Formulons des propositions, partageons des témoignages mais ne critiquons pas. La critique n’aide pas à cheminer. Elle donne l’envie aux autres de nous fermer des portes.

Crédits photos Pixabay

Restons positifs et solidaires…

Le retour des boites à bébés

Crédits photos pixabay

Voilà une quinzaine de jours, que j’ai découvert ce qu’est une « boite à bébé ». J’ai découvert cette expression suite à un post sur les réseaux sociaux. En effet, une nouvelle boite à bébé a été autorisée récemment en Belgique.

Qu’est ce donc? Il s’agit d’une boite, ou d’une trappe que l’on ouvre pour y déposer un bébé. Selon les pays, et les systèmes, l’emplacement pour accueillir le bébé n’est pas identique, mais l’idée commune est que cette boite une fois refermée, « par le déposant » côté rue, s’ouvre de l’autre côté dans une structure où une personne va prendre en charge immédiatement l’enfant. Ce dépôt s’inscrit dans une démarche d’abandon. Selon les pays, les parents peuvent avoir un délai plus ou moins long pour se rétracter… Par contre l’abandon est anonyme, de ce fait l’enfant n’aura pas accès à son identité en grandissant.

Je me suis immédiatement dit que je m’exprimerai sur le sujet. J’ai volontairement laissé s’écouler un peu de temps pour ne pas être submergée par trop d’émotions. Et pourtant, ce matin, après avoir relu plusieurs articles qui ont été publiés autour du 20 Septembre 2020, en Belgique, en France et ailleurs, la douleur est toujours aussi poignante.

Je me souviens avoir fait le choix d’étudier l’adoption en éducation civique et juridique au collège, il y a plus de quinze ans. J’avais déjà été choquée par toutes ces découvertes, le nombre d’abandon, les conditions, les raisons… A ce jour, je ressens encore une grande injustice envers ses enfants.

Abandonner son enfant me questionne. Parmi les arguments avancés, il y a la volonté d’éviter le pire ( abandon en pleine rue, abandon dans des sacs fermés…) Ce n’est pas le système de boite qui m’interroge mais les raisons qui poussent une personne à abandonner son enfant.

Comment des parents peuvent avoir recours à cette solution? Qu’est ce qui pousse ses parents?

  • Pensent-ils manquer de moyens financiers, de confiance en eux?
  • Parviennent-ils à communiquer avec bébé?
  • Auraient-ils besoin de soutien psychologique, d’énergie physique?
  • Est-ce la raison pour laquelle ses enfants ont pris vie qui gêne ( manque de contraception, viol, accouchement douloureux)?

Quel impact sur la santé physique et psychique des enfants?

  • Que va ressentir le nourrisson?
  • Quels vont être ses perceptions?
  • Cette déstabilisation psychologique ne va-t-elle pas engendrer de douleurs physiques?

Quel avenir pour ces enfants?

  • Comment vont-ils se construire sans la connaissance de l’identité de leurs parents?
  • Certains sont-ils également séparés de leur fratrie?
  • Trouveront-ils une famille adoptive?
  • Comment vivront-ils leurs relations avec leur famille adoptive?

Quelles attentes a-t-on des enfants?

  • Recherche-t-on un idéal, un successeur?
  • A-t-on envie de vivre ou d’avoir des enfants?

Les enfants, et même les bébés communiquent, sont des êtres honnêtes, qui sourient à la vie lorsqu’ils sont compris et respectés. Tout n’est pas inné, cela s’apprend. Rien n’est simple mais ce n’est pas insurmontable non plus. J’ai créé Duo Naissances pour accompagner les parents, pour qu’ils découvrent, comprennent ce dont ils ont besoin pour vivre sereinement avec leurs enfants.

Semaine nationale de la petite enfance

Cette année encore, a eu lieue la semaine nationale de la petite enfance. Malgré les difficultés qu’ont pu être engendrées par le contexte sanitaire. Cette semaine a été riches d’expériences et de partages positifs. Du 10 au 17 Octobre 2020.

La Semaine Nationale de la Petite Enfance : c’est quoi ?

« C’est une semaine, chaque l’année, où les lieux d’accueil de la petite enfance s’animent, font du bruit, ouvrent leurs portes, se racontent… Une Semaine où, partout sur le territoire, les professionnels accueillent les parents avec leurs enfants, où les parents passent du temps chez l’assistante maternelle ou à la crèche, où les tout-petits sont entourés des parents et des professionnels… Bref, une semaine de rencontre pour cet heureux trio.

Le lieu d’accueil devient un moulin à paroles et à expériences. Un espace où on déambule entre les installations et où on observe son petit.

« https://semainepetiteenfance.fr/la-semaine-de-la-petite-enfance/

Je vous propose découvrir leur site, très riches de partages d’expériences. Vous y trouverez même des outils pédagogiques.

Ne manquez pas la prochaine édition!

Retrouvez toute l’info sur : https://semainepetiteenfance.fr/edition-2021/

Sortir et visiter aujourd’hui!

Super! Aujourd’hui nous pouvons encore profiter des journées européennes du patrimoine. Entre amis, en famille ou même seul, profitez en pour vous faire plaisir. Allez vers ce qui vous fait envie ou partez à la découverte de l’inconnu. Parents, laissez vous emporter par la curiosité de vos enfants, leur soif de découverte, leur envie de comprendre…

Hier, nous étions à Mars. Nous avons eu le plaisir de découvrir tous ensemble, un lieu, et son fonctionnement, avec le même plaisir, tout âge confondu. Que ce soit pour la dernière et ses treize mois, le grand de 4 ans ou nous les adultes. A mars, nous avons découvert un observatoire, son télescope, voyager dans le ciel grâce à Stellarium…

Mars | Hubert Reeves en visite dans son Observatoire, à Planète Mars

Voici le lien pour trouver ce qui se passent autour de vous:

https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr/programme#/search@28.3865674,-17.3034700,3.04

Chez nous, autour de Valence (26 )

https://www.valenceromansagglo.fr/fr/culture-sorties/pays-d-art-et-d-histoire/tout-les-rendez-vous/agenda-2020-1/jep-2020.html

Profitez de ces moments précieux de partage pour apprendre autant que vos enfants… Bonne journée à tous.

Découvrir Lyon avec des jeunes enfants

C’est avec plaisir que j’ai découvert Lyon avec les enfants, hébergés quelques semaines à Bron. Nous en avons profité pour y aller très souvent. Lyon est une ville que j’avais traversé plusieurs fois en voiture, quelques unes en métro. Et cette fois-ci, c’est majoritairement à pied que nous l’avons découverte Et pourtant, découvrir cette ville avec leurs yeux d’enfants fut source d’émerveillements chaque jour. Ainsi, je voulais vous faire partager notre joie, et vous proposer quelques idées de sorties.

Les peintures murales de Lyon

C’est dans le quartier des états-unis que nous en avons vu le plus. Nous y avons découvert le musée urbain Tony Garnier. C’est en fait, un quartier dont les murs des immeubles sont peints sur toute la hauteur du mur. Le quartier est agréable à traverser. Les allées entres les immeubles sont ombragées. Il y a des plantes. Il y a même de nombreuses aires de jeux au pieds des immeubles.

Il y en a de différentes styles, Mettre photos avec murs, plan

Nous en avons testé une bonne partie. des fresques avec dessins, plans. Certaines représentent le quartier, d’autres des pays étrangers….

Nous en avons vu d’autres ailleurs…

Les espaces verts de Lyon

Le parc de la Tête d’Or

Les parcs sont multiples, le plus grand et sans doute le plus connu est celui de la tête d’Or . Il regorge d’activités diverses: observations des daims, de tortue de Floride, d’oiseaux. Vous pourrez même y rencontrer quelques zèbres, girafes, une « vache africain » sur la plaine africaine accessible gratuitement. Une plaine d’Asie est en cours de construction donc fermée.

Le parc de la Tête d’or, c’est aussi un lac, il est si grand qu’on peut en faire le tour sans en voir l’autre berge continuellement. On y découvre des pédalos et des bateaux à moteurs. Nous avons repéré deux aires de jeux. Une d’elle est plutôt un parcours d’habiletés en bois, et l’autre celle plus au centre contient un bac à sable et des structures , un bateau et un avion, avec des toboggans.

A cela s’ajoutent de nombreuses activités payantes. Nous n’en avons testé qu’une seule et en avons été particulièrement déçus. Il s’agissait de faire tourner sur un petit circuit des sortes d’attelages à pédales sur lequel se trouvaient des grands, qui pédalaient seuls et rapidement et les tout petits acceptés (dès an), et les pieds de leurs accompagnateurs qui tentaient de faire le même circuit mais en marchant. C’était très bruyant pour les tout petits. Même notre grand de ans était moyennement bien installé calé par un simple coussin, alors imaginez pour ceux qui ont tenté d’y mettre leur tout petit. Nous n’avons même pas tenté. Sachez qu’il existe aussi des activités ludiques payantes sur l’ile, et donc dans un environnement beaucoup moins bruyant.

Le parc de la tête d’Or, permet également la visite d’un très grand jardin botanique, avec des plantes variées, une bambouseraie, une roseraie….

Le parc Zénith

Le parc Zénith est l’un de nos préférés. Il est récent, il comporte plusieurs types de jeux. Vous y découvrirez un p’tit plan d’eau. On a pu y observer des grenouilles et des poissons. C’est un ilot de nature et de splendides dessins sur tout le mur du fond. C’est une fresque avec un renard mis en situation tout au long de l’année, avec différentes activités en fonction des saisons. On y retrouve également les grands monuments de Lyon.

Parc Zénith Crédits photos Laurence casanova-Teilhard

Les autres espaces verts

Les espaces verts sont multiples à Lyon, on y retrouve plusieurs parcs, très arborés, les structures de jeux sont récentes, et le revêtement y est souple. Un grand nombre d’entre elles sont sécurisées par des portillons. Nous avons également eu la surprise de croiser sur notre route de multiples squares. Ainsi, parcourir Lyon à pieds, si on en a le temps se fait bien, car les enfants y découvrent des jeux régulièrement.

Les monuments romains

Ce fut ma grande joie. J’avais lu plusieurs fois que pour y aller, il fallait envisager une grande ascension pédestre pour gravir la colline de Fourvière ou prendre le funiculaire. Que Nenni! C’est tout à fait accessible par en haut en voiture. Et sans grande dénivelé pour la marche à pied qu’il reste. Même avec une poussette , c’est atteignable, c’est sur que vous ne gravirez pas toutes les marches en poussette mais il y a déjà un beau point de vue même sans descendre les escaliers. Il serait bien dommage de s’en priver.

Après avoir observé le plan, j’avais observé un cimetière pas loin, ce n’est peut être pas gai, mais cela permet d’avoir un parking gratuit et en haut: Cimetière de Loyasse… De là, les bâtiments Romains, autant que la tour métallique ou la basilique de Fourvière sont à moins de 20 min de marche. Il y a de nombreux parcs pour se rendre agréablement à pied vers ses monuments à pieds.

https://www.google.fr/maps/place/Cimeti%C3%A8re+de+Loyasse/@45.7619894,4.8129355,16z/data=!4m12!1m6!3m5!1s0x47f4ebabd5fc770b:0xc42c10ad18ef2bb7!2sParc+des+Hauteurs!8m2!3d45.7628689!4d4.8236429!3m4!1s0x47f4eba0d8c40f11:0xdc69be439fc5163a!8m2!3d45.7615671!4d4.8124509

Les gratte-ciel

Enfin, un séjour à Lyon ne peut se faire sans observer les gratte-ciel de loin ou de près. Si grand qu’on les voit autant lorsqu’on est à l’est qu’à l’ouest de Lyon. Et immense, lorsqu’on est à leurs pieds.

Nous vous souhaitons de très belles découvertes. N’hésitez pas pas à me laisser des commentaires ou glisser des questions.

Découvrir Bron avec des jeunes enfants

C’est avec plaisir que j’ai vécu trois semaines avec les enfants, à Bron. Je vous avoue que jusqu’à la veille du départ je me questionnais encore sur les activités que nous pourrions faire. Et pourtant, découvrir cette ville avec leurs yeux d’enfants fut source d’émerveillements chaque jour. Ainsi, je voulais vous faire partager notre joie, et vous proposer quelques idées de sorties.

Les multiples aires de jeux de Bron.

Il y en a plein, et elles sont référencées sur une carte interactive mise en ligne par la commune.

https://ville-bron.carte-interactive.net/#/c-1233/

Nous en avons testé une bonne partie. Elles sont récentes, le revêtement est souple, il y en a pour tous les âges.

Les espaces verts de Bron

Qui l’eut cru, c’est en allant passer des vacances en ville que nous avons croisé pour la première fois, à plusieurs reprises des écureuils. Nous les avons vu au sol, courir, grimper aux arbres. Nous avons même pu observer des crapauds. C’est dans le parc de Parilly que nous avons pu faire toutes ces observations. Il est grand, la végétation est multiples, il y a des sentiers suffisamment larges pour que les poussettes, vélos, draisiennes, remorques etc… puissent passer.

https://www.grandlyon.com/parcs/parc-de-parilly.html

Nous avons également fait le tour du fort de Bron. Il y a deux sentiers, un parcours sportif et un pour les promeneurs. Ce qui nous a amusé fut le parcours sportif.
Les sentiers ne sont pas très larges. Côté vue, le champ de vision est assez restreint, nous voyons des arbres et parfois quelques parties du fort. Ce ne fut pas notre sortie préférée.

L’aéroport de Lyon-Bron

Ce fut une sortie exceptionnelle pour les enfants, même pour la plus petite qui avait onze mois. L’aéroport est bien indiqué. Nous avons trouvé rapidement un emplacement avec des bancs face au « parking des avions », et à la piste. En moins d’une heure, nous avons vu des avions décoller, des avions atterrir, un avion qui « prenait une douche », un avion faire le plein, le camion pompier aéroportuaire faire plusieurs tours, une livraison de carburant… Autant vous dire que l’on ne s’est pas ennuyé.

La « rando croquis »

Excellente découverte aujourd’hui, une promenade en pleine forêt avec des pupitres en bois placés régulièrement.

Crédits photos L. Casanova

Chaque pupitre comporte des indications pour dessiner des éléments du paysage, que l’on a sous les yeux!

Crédits photos L. Casanova

Des conseils applicables, avec un crayon et un carnet ou des feuilles.

La randonnée est très bien balisée. Elle est à l’ombre. Privilégiez les porte-bébés, bambins. Il y quelques montées et descentes, où certaines poussettes ne passeraient pas. Parfois, c’est assez caillouteux. Une bonne partie de la ballade est à peu près à plat, sur du sable. Notre poussette tricycle est passée, mais nous avons fait le choix pour le grand de laisser la draisienne à la voiture. Du haut de ses 4 ans, la ballade à pied à été faite sans encombres.

Crédits photos L. Casanova

L’accès se fait par une route au nord de Saint Donat sur l’Herbasse.

https://www.ville-st-donat.fr/tourisme-patrimoine/rando-croquis-du-bois-de-sizai/le-sentier-rando-croquis-de-saint-donat-sur-lherbasse-drome-bois-de-sizay.html

Très belle ballade à toutes et à tous.

L’école, le retour…ou pas

Et voilà, déjà une semaine depuis la rentrée…

Une rentrée assez originale, par rapport au contexte sanitaire, autant à l’école que pour les activités extra-scolaires. Les plannings ont du mal à se mettre en place. Les rituels sont modifiés.

  • Comment allez-vous?
  • Comment vont vos enfants?

Rassurons-nous, même si un certain nombre d’éléments concernant l’organisation nous échappe, nous pouvons encore agir sur de nombreux éléments. Même si le climat peut être stressant, voire anxiogène pour certains, il est possible de recréer une bulle de sérénité.

Et c’est reparti pour un tour!

https://www.education.gouv.fr/rentree-2020-modalites-pratiques-305467

Et voilà, il reste encore une semaine pour profiter des temps en familles, et entre amis, sans contraintes scolaires… Pour un certain nombre des familles

Pour les autres, l’instruction en famille. C’est le moment pour penser à faire ses déclarations à la mairie de votre commune et à la Direction des services départementaux de l’éducation nationale. Je rappelle ici que le fait de ne pas scolariser son enfant est légal. Les parents concernés doivent informer, et non pas demander l’autorisation.

Vous retrouverez toutes les infos, en cliquant sur le lien ci-dessous.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F23429

Quelle que soit vos choix et votre organisation concernant les apprentissages, le rythme change. Même pour les activités extra scolaires ( sports, arts…), le rythme va se modifier! Ainsi, nous concernant en tant que familles, des nouvelles contraintes vont s’imposer, des nouvelles perspectives s’ouvrent. Acceptons ce renouveau tel qu’il est.

S’ajoute à cette période de rentrée, les mesures sanitaires. Quelle joie de savoir les équipements désinfectés, les mains aseptisé est… Peut-être moins de rhumes et autres maladies virales pour l’hiver…

De plus, la longue période à la maison a pu éloigner les enfants des objectifs scolaires. Elle a pu révéler des compétences, leur a permis de découvrir de nouvelles expériences. Chacun d’entre eux à acquis des connaissances, et des savoir-faire. Restons confiants, nos enfants ont appris de nombreuses choses bien avant l’école, et cela continuera bien après.

Voici la liste des missions qui attendent un certain nombre de parents:

  • Réorganiser le temps
  • S’adapter aux emplois du temps
  • Trouver le matériel
  • Choisir les activités extra-scolaires
  • Remotiver les enfants

Si vous souhaitez être accompagnés pour ces missions ou d’autres, c’est avec plaisir que je le ferai avec vous.

Prenez R. D. V dès aujourd’hui, pour Septembre.

%d blogueurs aiment cette page :